Parce que la voile peut prendre plusieurs formes, les premières questions à se poser lorsque l'on décide de se mettre à la voile sont :

« Quelles sensations et expériences est-ce que je recherche? Une activité relaxante? Une activité sociale? De l'aventure avec un grand A? De la compétition amicale? Du sport de haut niveau? Un sport extrème? »

« À quelles fins est-ce que je veux pratiquer cette activités? Pour faire de la plaisance avec vie à bord, de la navigation en haute mer, de la voile récréative ou de la compétition? »

« Sur quelle sorte d'embarcation est-ce que je veux faire de la voile? Quillard, dériveur ou planche?  Monocoque ou multicoques? Avec équipement traditionnel ou non? »

Répondre à ces questions vous permettra de trouver une école qui offre une formation qui vous convient.  Mais tout d'abord, il faut connaître la différence entre les sortes d'embarcations.

Consultez la  liste des écoles homologuées FVQ  offrant des cours de voile dériveur et croisière. 

Consultez la liste des formations offertes par les différentes écoles de voile du Québec.

   

Dériveur

 

Un dériveur est une embarcation munie d'un plan de dérive rétractable, c'est-à-dire que la dérive est mobile.

Dans le cadre de l'enseignement de la voile dériveur, l'apprentissage se fait habituellement sur un petit bateau d'environ 15 pieds qui peut chavirer (déssaler) en cas d'erreur de l'équipage. L'absence de lest rend le dériveur léger vif, évolutif et amusant à mener. Le Laser, le 420, le 29er sont tous des exemples de dériveurs monocoque. Les catamarans Mystère, Nacra ou F18 sont des exemples de dériveurs multicoques. Les écoles qui enseignent la voile sur ces embarcations sont des écoles de voile dériveur.

 

deriveur

 Photo de Lasers (dériveurs), gracieuseté de Philippe Dormoy et Luka Bartulovic

 

 

quillard

Photo d'un quillard, gracieuseté de G. Boulanger 

Croisière

 

Un quillard est un voilier qui possède une quille lestée qui empêche l'embarcation de chavirer.

La majorité du temps, un quillard comprend une cabine où les gens peuvent dormir et/ou cuisiner à bord. Ces bateaux sont habituellement plus gros que les dériveurs, allant d'environ vingt pieds à une centaine de pieds pour les méga-yachts. Les bateaux habituellement utilisés pour la croisière sont des quillards. D'ailleurs, les écoles qui enseignent la voile sur ces embarcations sont des écoles de voile croisière.

  

 

Planche

 

Les nouvelles technologies et nouveaux matériaux permettent à la voile de se moderniser et de modifier les modes de traction sur tous types d'embarcation, mais c'est certe sur les planches que ces nouveautés se font le plus remarquer.

Avec ou sans dérive; avec ou sans Foil; avec un gréement de style traditionnel (mât attaché à la planche), de style ailé (Wing) ou de style cerf-volant (Kite), les types de planches se multiplient à grande vitesse.  

Pour faire de la planche, il ne faut pas avoir peur de se mouiller. C'est le type d'embarcation le plus sportif et où votre lien avec l'eau et le vent sera le plus direct.

Plusieurs écoles dériveurs enseignent également la voile sur ces embarcations, tandis que d'autres enseignent uniquement soit la planche à voile traditionnelle ou soit le kite.

 

 

  

 
 

Voile adaptée

 

Il existe également des embarcations qui sont des hybrides entre la voile dériveur et la voile croisière que n'ont pas d'espace habitable, mais que ne peuvent pas chavirer.

Ces embarcations sont spécialement aménagées pour permettre aux personnes à mobilités réduites à pratiquer la voile de façon autonome ou accompagnée.

Quelques écoles offrent des programmes de voile adapté dans les régions de Montréal, Estrie et Baie des chaleurs.

 

Aller au haut